L’objectif du gouvernement est d’éradiquer les passoires thermiques. Ces logements vétustes sont mal isolés et mal équipés, engendrant une forte consommation d’énergie. De plus, cela entraîne pour les occupantes et occupants une facture énergétique coûteuse. En tant que locataire vivant dans une passoire thermique, il est possible d’encourager son propriétaire à la rénovation énergétique : entre travaux, aides et DPE, découvrez les solutions pour lutter contre les appartements passoires énergétiques.

La lutte contre les passoires thermiques

Les passoires énergétiques sont nombreuses en France : 4,8 millions, selon les dernières données publiées par le ministère de la Transition écologique (2018, avec l’ancien DPE). Parmi ces passoires thermiques, 1,9 million sont des appartements. Ce sont des logements à l’isolation vétuste, avec un défaut de ventilation, et/ou d’un système de chauffage vieillissant et énergivore ce qui entraîne une surconsommation d’énergie pour chauffer le logement ou le climatiser. Cette mauvaise isolation provoque de fortes déperditions de chaleur l’hiver et de fraîcheur l’été. Le confort thermique des habitants est considérablement altéré.

Ces appartements énergivores, comme nous l’avons indiqué, consomment beaucoup d’énergie de par leur isolation vétuste. Les factures d’énergie des ménages vivant dans ce type de logement sont alors très élevées. À cela s’ajoute l’augmentation des prix de l’énergie (électricité, gaz, fioul, gazole…) accentuée par la guerre en Ukraine.

L’INFO HELLIO :

Pour rappel, une passoire thermique est classée F ou G au DPE. La consommation de chauffage ou de climatisation de ces logements est excessive en raison d’une mauvaise isolation, d’un défaut de ventilation, et/ou d’un système de chauffage vétuste et énergivore.

Lorsqu’un foyer à faible revenu consacre 8 % de ce dernier aux dépenses énergétiques et que son revenu par unité de consommation est inférieur au 3e décile de revenu par unité de consommation (l’unité de consommation permet de comparer le niveau de vie des ménages en prenant en compte le nombre de personnes selon son âge), il est considéré en situation de précarité énergétique.

Afin de lutter contre la précarité énergétique et les passoires thermiques, différentes mesures sont mises en place par le gouvernement. Ainsi, la loi Climat et Résilience instaure un calendrier interdisant progressivement la location de ces logements :

  • 2022 : interdiction d’augmenter le loyer entre deux locataires pour les logements classés F ou G. Le propriétaire devra réaliser des travaux pour réduire la consommation énergétique de son logement.
  • 2023 : interdiction de louer les logements consommant plus de 450 kWh/m2/an d’énergie finale, ce qui concerne environ 90 000 biens.
  • 2025 : interdiction de louer tous les logements classés G.
  • 2028 : interdiction de mise en location des logements classés F.
  • 2034 : à leur tour, les logements de lettre E seront interdits à la location.

Qu’est-ce qu’un DPE ?

Le DPE est un diagnostic de performance énergétique. Comme son nom l’indique, le document sert à informer le futur locataire ou acheteur de l’efficacité énergétique du logement. Les informations recueillies permettent de définir les dépenses à prévoir pour se chauffer en hiver ou refroidir en été. Le DPE est obligatoirement effectué par un diagnostiqueur professionnel certifié, et est réalisé en amont de la mise en vente ou mise en location d’un bien.

À la suite d’un DPE, le logement reçoit une étiquette unique pour sa performance énergétique et ses émissions de gaz à effet de serre (depuis la réforme de 2021).

Source